Archives Auteur: webmaster

Publication : « Epiques! » – Le poète dans le temps (Castor Astral, 2021)

Publication : « Epiques! » – Le poète dans le temps (Castor Astral, 2021)

Qu’y a-t-il de commun entre L’Iliade, La Henriade de Voltaire, La Main coupée de Blaise Cendrars et Le Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline ? La guerre. La guerre on y va, puis au retour on compose un poème plus ou moins héroïque, en vers ou en prose, qualifié « épopée ». Il arrive toutefois que la guerre soit tellement destructrice que plus aucune littérature épique n’est acceptable à son sujet.

Le modèle est alors congédié. C’est ce qui s’est produit au XXe siècle avec les deux guerres mondiales. Depuis, personne n’évoque plus l’épopée, en poésie.

Pourquoi, dans ce cas, ne pas opérer le genre de son rapport consubstantiel à la guerre ? C’est ce que Jacques Darras propose. En s’engageant avec humour sur la durée d’une vie entière, contre notre seul véritable ennemi commun, le temps, la poésie redonne sa légitimité de facto à l’épopée.

Tous épiques désormais ?

Plus d’informations sur le site du Castor Astral

Lire la suite »

(Re)voir : la conférence autur de « Tout Picard que j’étais »

(Re)voir : la conférence autur de « Tout Picard que j’étais »

Cette conférence a été filmée le 21 octobre 2021 à la Comédie de Picardie à Amiens. La soirée était animée par Alexandra Oury, organisée par le C.A.P. (Club Actions Picardie), l’U.P.A. (Université populaire d’Amiens) et la librairie du Labyrinthe

Lire la suite »

(Re)voir : Présentation du webdoc « Ancrages-Passages », par Jacques Darras et Isabelle Hautbout

(Re)voir : Présentation du webdoc « Ancrages-Passages », par Jacques Darras et Isabelle Hautbout

Le webdocumentaire « Ancrages-passages » a été récompensé d’une mention spéciale au concours européen du patrimoine et présente sept écrivains pour lesquels la Picardie est une référence majeure : Hector Malot, Jules Verne, Pierre Mac Orlan, Robert Mallet, Pierre et Ilse Garnier, Jacques Darras.

Retrouvez la présentation de ce webdocumentaire tenue le 20 avril dernier :

Lire la suite »

Revoir : la performance du 3 février à la Maison de la Poésie (Paris)

Revoir  : la performance du 3 février à la Maison de la Poésie (Paris)

(Re) découvrez la performance du 3 février, filmée en direct depuis la Maison de la Poésie de Paris
LA JOURNÉE SOMBRE OU LE VOYAGE JUSQU’À BRUEGHEL À VIENNE
Jacques Darras avec la complicité de Jacques Bonnaffé

 

 

 

 

 
Tous les Brueghel sont à Vienne, au Musée de Vienne. Entre autres Les Saisons, célèbre suite dont on connaît l’Hiver, l’Été et l’Automne, moins ou pas La Journée sombre. Brutale résonance en nous sa découverte. À quel titre ? L’humeur, la faute d’attention, le lointain voyage d’Épiphanie etc. On sent le froid, neige et tempête, on frissonne. Des locaux réparent des toits de chaume, feux sans fumée. Se mesure l’extrême fragilité de nos vies au bord de l’Univers. Voyager jusqu’à Brueghel, à Vienne, c’est aller plus loin que le moment présent, mais où ? Le poème risque une proposition.

LA JOURNÉE SOMBRE OU LE VOYAGE JUSQU’À BRUEGHEL À VIENNE – YouTube

Lire la suite »

En librairie le 20 novembre 2020 : Tout Picard que j’étais …

En librairie le 20 novembre 2020 : Tout Picard que j’étais …

Regarder la vidéo de présentation

 

La Picardie était un nom. Nous en avons fait une mémoire. plus personne ne pourra contester sa légitimité.

Ce sont les écrivains qui ont fait la richesse de cette terre, du Moyen-Âge jusqu’au monde moderne. A Arras, Amiens ou Valenciennes, ils ont tracé dans la continuité le caractère picard, fait d’humour et d’esprit frondeur, d’attention à tous les registres de la langue, classique ou populaire.

On n’échappe pas à un Picard, il vous tient dans sa mire, prêt à vous épingler. Il est Adam de la Halle avec La Fontaine ou tous ces joyeux anonymes auteurs des Fabliaux. Mais il peut aussi apparaître comme un grand sentimental attaché à sa terre, s’il est Marceline Desbordes-Valmore, Eugène Millevoye ou Albert Samain. Tous sont présents ensemble pour la première fois dans cette grande anthologie où je me suis engagé depuis quatre ans – une vie entière plutôt !- avec plaisir et enthousiasme, bien convaincu qu’il y aura toujours antériorité de la littéraire sur la politique.

 

Pour commander cet ouvrage, vous pouvez télécharger le bon de commande ci-dessous et soutenir la librairie du Labyrinthe à Amiens

 

Lire la suite »

(Re)vivez la performance de Jacques Darras et Jacques Bonnaffé

(Re)vivez la performance de Jacques Darras et Jacques Bonnaffé

Jacques Darras et Jacques Bonnaffé se sont retrouvés, le 22 mars 2018 à la Comédie de Picardie (Amiens) pour un joyeux exercice de dialogue et d’improvisation, à la manière des grands trouvères arrageois.

Retrouvez leur performance dans une vidéo filmée et réalisée par Pierre Leleux (cliquez sur l’image pour être redirigé vers la vidéo)

Lire la suite »

A lire … un article dans le Matricule des Anges

A lire … un article dans le Matricule des Anges

Découvrez dans le numéro 204 (juin 2019) du mensuel le Matricule des Anges, un article à propos de Van Eyck et les rivières dont la Maye : « La rumeur que fait la rivière vocale »

Pour commander le magazine, vous pouvez vous rendre sur le site de la revue : http://www.lmda.net/

Lire la suite »

Découvrez… un portrait signé Marc PORÉE et Sophie VALLAS pour la revue E-rea

Découvrez… un portrait signé Marc PORÉE et Sophie VALLAS pour la revue E-rea

C’est chez lui, au nord de Paris, que nous avons rencontré Jacques Darras en novembre 2018. Nous l’avons interrogé sur sa vie singulière d’universitaire angliciste, de poète en mouvement, de traducteur infatigable, d’européen convaincu. Pour illustrer cet entretien, Jacques Darras a bien voulu ouvrir quelques-uns de ses nombreux cahiers de notes et dessins… lire la suite sur le site de la revue e-rea

Lire la suite »

(Ré) écoutez l’émission « La compagnie des poètes » de France Culture

(Ré) écoutez l’émission « La compagnie des poètes » de France Culture

Et si les trente-neuf pièces de Shakespeare (1564-1616) étaient d’abord longs poèmes pornographique tapis dans le théâtre ? Et si Feuilles d’herbe de Walt Whitman (1819-1892) étaient avant tout érotisation générale du monde et réhabilitation du sexe ? Pour en parler le poète Jacques Darras, et le traducteur Jean-Pierre Richard.

 

L’émission de France Culture « la compagnie des poètes » du 15 mars 2019 a été enregistrée en public au Salon du livre de Paris.

 

Lire la suite »

Publication : nouvelle édition corrigée et révisée de Van Eyck et les rivières dont la Maye

Publication : nouvelle édition corrigée et révisée de Van Eyck et les rivières dont la Maye

Van Eyck et les rivières dont la Maye

« Qu’est-ce qui nous fait tellement aimer une frontière ? » Ce livre* est un roman, ce livre est un poème. Il est écrit en prose, il est écrit en vers. Il s’intéresse à l’histoire, il a le souci de la géographie. Il circule à cheval dans le XVè siècle, il roule en automobile au XXIè siècle. Il franchit la frontière entre la France et la Belgique, la France et la Suisse, voyageant de Lille à Bruges, de Dijon à Bruxelles, sur les routes de l’ancienne Bourgogne. Bref, il ne tient pas pour acquis ni définitif le partage des espaces nationaux dans l’Europe contemporaine. Il désunit les couples, déplace les bornes, rebat les cartes à grandes chevauchées amoureuses. Fil d’or souple unissant entre eux ces morceaux d’histoire dispersés, s’articulent les panneaux du célèbre Agneau Mystique peint à Gand par Jan van Eyck. Dans les silences de l’Histoire, les blancs de l’action, les lendemains de conflits, le peintre a laissé monter un hymne choral composé d’amour et d’admiration. À ces moments là, il est bon que le roman traverse en direction du poème.

Publication le 18 avril 2019, plus d’informations : https://www.castorastral.com/livre/van-eyck-et-les-rivieres-dont-la-maye/

 Après le Tome III l’Embouchure de la Maye dans les vagues de la Mer du Nord, (Le Castor Astral, 2017) le « roman/poème »Van Eyck et les rivières, dont la Maye constitue le Tome IV du long poème La Maye. Quant à La gaufre vagabonde, paru aux éditions courstoujours en Mars il voyage également des deux côtés de la frontière. Prix Apollinaire en 2004, Grand prix de poésie de l’Académie française en 2006, Jacques Darras est aussi traducteur de Walt Whitman, William Blake, S.T Coleridge et Malcolm Lowry (Gallimard/Grasset)

 

Lire la suite »